« L’EMC est à présent une réflexion quotidienne »

Morgane Benzaqui

C’est en formation de directeurs que Valérian Florentin et Mélanie Bachimont m’ont parlé du dispositif @EMCpartageons.

J’étais sceptique au départ, non pas par le projet mais par la notion de « réseau social en classe » ; qui plus est Twitter, que je ne connaissais pas.  Après la création d’un compte à mon nom pour découvrir l’outil, je me suis rapidement prise au jeu et ai découvert les multiples potentialités de ce réseau social.

Il me restait donc à me pencher sur le dispositif en lui même, à ses contenus, à son concept. Ce qui m’a particulièrement interpelée c’est cet outil créé par des enseignants, pour des enseignants. Les séances proposées, même si chacun les adapte à son public et à l’histoire scolaire de ses élèves, sont emplies de réalités et de « terrain ». @EMCpartageons est donc un dispositif qui peut « vivre » directement dans les classes, dans toutes les classes. Rares sont ces outils, autant en lien avec le réel, mis à disposition des enseignants.

Un autre point m’a particulièrement intéressée : l’échange avec l’extérieur. Adepte depuis plusieurs années de la correspondance « papier » avec les élèves, ce format numérique m’a semblé plus que pertinent à développer. Twitter, comme internet en général, est considéré par les élèves comme extérieur à l’école, un domaine exclusivement réservé à la sphère familiale ou amicale. Lors des premières séances, chaque « Twitter » prononcé sonnait comme un « gros mot », un terme qu’il ne fallait pas employer à l’école. Les élèves étaient fascinés que la maison vienne à l’école. J’ai alors dû verbaliser : c’est justement l’école qui s’ouvre au monde !

Après la découverte de l’outil et du dispositif, l’appropriation par les élèves fut très rapide.

A chaque nouvelle séquence, l’enthousiasme est le même. « Quelle est la question d’EMC Partageons cette semaine? » demandent certains, « Sur quoi allons-nous réfléchir » questionnent d’autres. L’EMC est à présent une réflexion quotidienne, qui n’est plus uniquement sous-jacente à une situation donnée par un souci de « vie collective interne à l’école, à la classe ».

Ces séances s’intègrent ainsi aisément dans ma configuration de classe : des projets interdisciplinaires, des conseils de réflexions, une ouverture sur le monde, des productions d’écrits quotidiennes et qui font sens, reliées à « la vraie vie ».

Sur un mi-temps, toutes les séances ne sont pas traitées, pas dans leur intégralité, ou parfois rallongées. Tout dépend des moments, des projets en cours, des actions du projet d’école… Mais finalement, tout s’articule très bien, avec toujours autant de plaisirs et de bénéfices pour tous!

Lancez-vous, lancez vos élèves !

Morgane Benzaqui (@MorganeBenzaqui), directrice, professeure des écoles de CE1 (@CE1BenoitMalonB), école Benoit Malon B au Kremlin Bicêtre (94)
Share Button

Laisser un commentaire