Éteindre la lumière à l’école et à la maison

J’ai appris à fermer le robinet quand je me brosse les dents. Je ne l’ai pas appris enfant. Je l’ai appris bien plus tard, de mes enfants. Ils l’ont appris à l’école et, un jour, ont fermé sous mes yeux étonnés et ma bouche pleine de mousse le robinet qui coulait. « On économise l’eau ! » m’a dit l’un d’eux, accompagnant ses mots du geste sûr de celui qui sait et qui montre à l’autre.

Inutile de rappeler que le développement durable est un défi majeur de notre époque. Les ressources de la planète sont limitées, les besoins des uns nuisent parfois à ceux des autres, nous sommes de plus en plus interdépendants, il n’y aura peut-être plus de singes dans cinquante ans, ni de girafes, et les gens sont malades de la pollution dans les grandes villes.

Aujourd’hui, à l’école élémentaire, l’environnement et le développement durable sont aux programmes ! Ils s’enseignent. L’environnement et le développement durable relèvent du domaine des sciences, comme de celui de la géographie. Mais ils concernent aussi la solidarité, le partage, l’esprit critique qui permet de faire des choix. Le développement durable demande de s’engager. Autrement dit, il relève aussi de l’EMC, l’Enseignement Moral et Civique qui a fait de l’engagement un de ses piliers.

À la croisée des domaines, l’environnement et le développement durable ne constituent pas une discipline scolaire en soi. D’ailleurs ils ne s’enseignent pas qu’à l’école mais dans bien des familles. Que fait-on de nos déchets ? D’où vient l’eau ? Où va l’eau sale ? À l’école comme à la maison, après la réflexion, les échanges, vient la pratique, la meilleure pédagogie pour donner du sens à l’apprentissage. Ce n’est pas dans un livre ou en dessinant un interrupteur que l’on apprend à éteindre la lumière lorsque l’on quitte une salle. C’est en appuyant sur le bouton. C’est en étant responsable de la lumière en classe pendant une ou deux semaines. Mieux, c’est en décidant ensemble, en classe, de créer un roulement pour se charger d’éteindre la lumière et l’ordinateur.

À la maison, l’enfant acteur d’une pratique écologique en classe comprendra mieux la demande de ses parents et participera d’autant mieux aux économies d’énergie, à la récupération, au recyclage… Peut-être apportera-il des idées nouvelles pour la famille !

À l’école, à partir de cette semaine, les bonnes idées devraient germer. Pour @EMCpartageons, chaque classe devra s’engager dans un projet pour l’environnement et le développement durable : des éco-gestes ou des actions concrètes. Ici, les élèves s’engageront à trier le papier tous les jours et à jeter les corbeilles à papier eux-mêmes dans les bacs jaunes. Là, ils feront de la récupération, peut-être un compost, ils planteront, ils feront du papier… Parfois ils feront appel à des partenaires comme la mairie, une association ou vous, les familles.

De toute façon, tous ces gestes de nouveaux citoyens viendront dans vos maisons parce que les enfants sont des citoyens en formation.

Hélène Carré, directrice de l’école élémentaire d’application Léo Lagrange, Créteil (94)

Share Button

Laisser un commentaire